Archives de catégorie : vaccin

Recommandations pour les patients adultes atteints de maladies auto-immunes COVID-19

logo de Fai2r et de la Filiere de santé maladies rares

Les recommandations présentées dans cette fiche sont actualisées à la date du lundi 18 janvier 2021 mais peuvent être amenées à évoluer.

Le libellé exact des personnes à très haut risque défini selon le Ministère a amené quelques difficultés d’interprétation pour bien identifier les personnes concernées.

Nous vous joignons, la fiche et le certificat type, modifiés ce 18 janvier 2021. Il faut considérer nos patients éligibles à la vaccination s’ils sont sous ou s’ils vont recevoir des corticoïdes à une dose ≥ 15 mg/j pendant plus de 3 semaines, qui sont sous ou qui vont recevoir des immunosuppresseurs ou du rituximab.

Ce certificat rend le patient prioritaire et lui permet de s’inscrire pour recevoir le vaccin anti-COVID19 avec la population âgée de plus de 75 ans dans le centre le plus proche de son domicile.

Le Ministère n’a pas détaillé les immunosuppresseurs concernés. Les données de la French RMD Covid19 Cohorte ont montré qu’il n’y a pas de surrisque de forme grave de COVID-19 lié à l’utilisation du méthotrexate mais il s’agit sans doute d’un biais d’indication. À vous d’évaluer à l’échelon individuel si vous estimez selon le contexte clinique que votre patient est à risque de complication infectieuse grave.

Le comité de pilotage FAI²R
Vaccination contre la COVID-19

⊕ gouvernement.fr/info-coronavirus/vaccins

⊕ télécharger la fiche VF COVID19 Recos patients FAI2R

Début janvier 2021 a débuté la campagne de vaccination contre la COVID-19 avec le vaccin à ARN messagers, le seul actuellement disponible sur notre territoire.

Les personnes prioritaires sont les sujets les plus susceptibles de développer des formes sévères de la maladie : personnes âgées en résidence de long séjour et les personnels y travaillant s’ils sont sujets fragiles, les personnels de santé de plus de 50 ans, puis au fur et à mesure des livraisons les personnes ayant des facteurs de risque de formes sévères ou une pathologie chronique.

Les vaccins à disposition actuellement (à ARN messagers) peuvent être administrés aux patients immunodéprimés (prise de corticoïdes au long cours supérieur à 15mg/jour, immunosuppresseurs ou rituximab) mais ils pourraient être moins efficaces que dans la population générale.

Il n’y a pas d’augmentation du risque d’effets indésirables chez les patients avec maladies auto-immunes / auto-inflammatoires mais la vaccination doit se faire de préférence lorsque la maladie auto-immune/auto inflammatoire est en rémission.

Il n’y a pas lieu à ce jour, de vacciner systématiquement les patients ayant déjà développé une forme symptomatique de COVID-19. S’il y a des facteurs de risque de formes sévères, la vaccination doit être proposée si le patient le souhaite après discussion avec le médecin.
Dans ce cas, il paraît préférable de respecter un délai minimum de 3 mois après le début des symptômes de la COVID-19.

La meilleure stratégie pour protéger les patients immunodéprimés est de vacciner l’entourage pour éviter toute contamination malencontreuse (c’est ce qu’on appelle la vaccination en anneau pour protéger les plus fragiles).

Suis-je plus fragile face au SARS-CoV-2 (COVID-19) ?

Prendre des corticoïdes au long cours par voie orale, vous rend plus fragile vis-à-vis du virus SARS-CoV-2. Les traitements de fond les plus fréquemment utilisés comme le méthotrexate, les anti-TNF, les anti-interleukine-6, ne semblent pas s’accompagner d’un surrisque d’infection sévère à SARS-CoV-2.

D’autres traitements de fond diminuent vos défenses immunitaires et pourraient contribuer à vous rendre plus fragile vis-à-vis du virus
SARS-CoV-2 comme :

  • le rituximab
  • le cyclophosphamide
  • l’azathioprine
  • le mycophénolate mofétil…

Toutefois, les facteurs de risque déjà identifiés dans la population générale restent ceux le plus souvent associés à un risque de forme sévère chez les patients atteints de maladies auto-immunes et auto-inflammatoires :

  • l’âge au-delà de 65 ans
  • l’obésité
  • le diabète non équilibré/compliqué
  • les antécédents : d’HTA, d’AVC, de maladie coronaire, d’insuffisance cardiaque, de cirrhose, de pathologie respiratoire, de maladie rénale, de cancer sous traitement.

Pas d’arrêt intempestif des traitements immunosuppresseurs / immunomodulateurs et biothérapies, sauf en cas de signes d’infection (fièvre, toux, difficultés respiratoires, courbatures…) et uniquement sur avis médical du médecin référent qui vous suit pour
votre pathologie ou de votre médecin de famille.

Pas d’anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS : Ibuprofène et tous les autres), ni de corticoïdes pour traiter un accès fébrile ou infectieux. Prendre du paracétamol.

Pas d’arrêt intempestif des corticoïdes (ou de la colchicine pour les maladies auto-inflammatoires).

Pas d’arrêt intempestif du plaquenil. Il n’a montré aucun intérêt dans le traitement des symptômes de la COVID-19 mais a par contre montré tout son intérêt dans le traitement du lupus notamment

En cas de symptômes respiratoires nouveaux, consultez votre
médecin traitant.

Si vous partagez votre domicile avec un proche à l’état de santé jugé fragile vous devez strictement respecter les gestes barrières si vous développez des signes d’infection. Si vous ne pouvez télétravailler ou être suffisamment protégés dans le cadre de votre activité, consultez votre médecin traitant ou médecin du travail afin d’établir une déclaration d’interruption de travail ou un certificat d’isolement.

Nous vous recommandons de consulter le site dédié du gouvernement : ⊕ www.gouvernement.fr/info-coronavirus