Reportages, témoignages

Avenir SPE | Place aux  Usagers pour construire le système de santé demain

Alors que le #PLFSS 2022 décide de l’ouverture de certains actes de suivi aux paramédicaux constituant là une menace grave pour la prise en charge des patients et le dépistage précoce des affections, les usagers de soins se mobilisent !

#avenirspé #usagers #parcoursdesoins #patients #educationthérapeutique #patientautonome #risquessanitaires
Nathalie Robert, Représentante des Usagers dans un GHT, et Directrice générale de Spondyloaction.

Porte ainsi depuis octobre une nouvelle commission des Patients pour le Syndicat des Médecins libéraux Avenir Spé.   A travers cette mission, elle s’attachera à partager le vécu des patients, valoriser leur expertise auprès des professionnels de soins pour fabriquer ensemble des solutions concrètes d’accès aux soins de spécialité pour tous et de suivi monitoré dans le cadre des chroniques (Education thérapeutique, télésurveillance, télé-information). Comme elle le regrette amèrement  ‘les usagers sont les grands oubliés de la crise sanitaire, regardez le Conseil sanitaire : des médecins, des infirmiers, des anesthésistes mais aucun citoyen , un bon exemple de démocratie! ».

A travers cette démarche audacieuse de dialogue, Avenir Spé entend retisser les liens médecin -patient de façon originale, et pragmatique  avec comme pivots le dialogue et  la confiance et répondre ainsi aux difficultés  rencontrées par les professionnels surmenés.

Parce que la santé de demain face aux défis sanitaires et sociétaux ne peut bien se construire qu’en collaboration entre tous, Avenir spé et les associations d’usagers appellent à un « Grenelle de la médecine libérale » pour remettre à plate le système dans son ensemble

Fraiches | #EntreNous | la Spondyloarthrite

« J’ai une carte PMR (Personne à Mobilité Réduite), je me gare donc sur ce qui m’est dû. Et quand je sors de ma voiture, j’ai le regard des autres […] » Nathalie, Rodolphe et Émilie sont tous les 3 atteints de la spondyloarthrite, une inflammation chronique des articulations. Ils nous racontent ce qu’est de vivre avec une maladie méconnue et invisible. »

Fraiches | Le média féminin qui brise les codes et montre les femmes. TOUTES les femmes. Parce que Fraîches, c’est vous.
Le montage est structuré en 3 parties :
  • la première partie est axée sur la définition de la maladie et son diagnostic
  • la deuxième sur les symptômes de la maladie (physiques et impact vie pro/perso)
  • la 3ème sur la façon dont ils vivent avec cette maladie.
  • la fin de la vidéo met en avant leurs combats, l’importance des associations mais aussi le recul qu’ils ont face à la complexité de la maladie.

France 5 | Allo Docteurs | La kinésithérapie contre l’ankylose

La  spondylarthrite ankylosante est une maladie qui évolue par phase. Pour conserver une bonne mobilité articulaire, les malades doivent, en plus de leurs traitements contre le   rhumatisme  et la douleur, réaliser des exercices de kinésithérapie.

Avec un spécialiste ou à la maison, ces exercices permettent de  lutter contre l’ankylose et de faire travailler les articulations pour garder leur souplesse.

⊕ La spondylarthrite ankylosante, une maladie invalidante, reportage  diffusé le 25 octobre 2019

Reportage FRANCE 5 | Allodocteurs.fr

France 2 | Télématin | #Santé – Comment traiter la spondylarthrite ?

reportage d’une patiente suivie par le service Rhumatologie du Professeur Sellam

Plus de 7 personnes sur 10 auront mal au dos au cours de leur vie, le plus souvent par épisodes ponctuels mais parfois aussi de manière chronique.

Beaucoup se plaignent  en particulier d’un « mal de rein » de plus de trois mois et incriminent leur métier ou un effort récent. Les médecins ont tendance à accepter les explications des malades : « je viens de déménager », « j’ai fait un faux mouvement », « il faut que je change mon matelas ». Faux: dans 5 à 10 % des cas, la cause de ces douleurs relève d’une spondylarthrite, une maladie inflammatoire chronique. Son diagnostic est difficile et le plus souvent tardif.

reportage en date du 4 mars 2016 présenté par Brigitte Fanny-Cohen

Mais une étude récente démontre qu’un diagnostic plus précoce serait possible en se basant sur un très petit nombre de signes. Il convient poser cette question primordiale : « À quelle heure votre dos vous fait-il le plus mal dans la journée : le matin ou le soir ?». Et si le patient répond : « le matin », il faut voir si cette douleur s’accompagne d’une raideur du dos le matin qui dure au moins une demi-heure et qui s’estompe ensuite dans la journée.

Le diagnostic sera ensuite affiné par une IRM et un test sanguin.  En France 200 000 personnes souffrent de spondylarthrite.