SpondylO

SPONDYL ACTION_logo_400Spondylarthrite vient du grec spondylos (spondyl) qui veut dire vertèbre et de « arthrite ». Ankylosante vient de Ankylose, qui veut donner comme sens : se solidifie, consolide.

  • liste des ACRONYMES utilisés dans notre domaine …
  • notre DICO orienté vers notre maladie …
  • notre FAQ : des questions, des infos, des réponses …

spondyloSpondyloarthrite

La spondylarthrite est la forme classique d’un groupe de maladies regroupées sous le nom de spondylarthropathies. Ces dernières ont toutes en commun l’atteinte inflammatoire de la colonne vertébrale et du bassin, des articulations périphériques et à un degré divers d’autres organes …

[⊕ lire la suite]


HLA-B27

L’antigène HLA-B27 (Human Leucocyte Antigen B27) est un antigène de surface de classe I, codé par le locus B du complexe majeur d’histocompatibilité, sur le chromosome 6. Sa fréquence dans la population générale varie de 8 % chez les caucasiens à 0,5 à 1 % chez les japonais …

 [⊕ lire la suite]


Maladie auto-immune

On parle de maladie auto-immune lorsque le système immunitaire de l’organisme déclenche une réaction inflammatoire avec immunisation caractérisée envers ses antigènes du soi non-modifié — d’où la racine auto- pour parler de ce trouble de l’immunité …

[⊕ lire la suite]


FAQ, questions, infos ?

Cliquez sur la catégorie pour visualiser les questions, les infos, la Foire Aux Questions …


ACRONYME

AAI | Autorité Administrative Indépendante

Les Autorités Administratives Indépendantes  sont, selon le Conseil d’État, des organismes administratifs qui agissent au nom de l’État et disposent d’un réel pouvoir, sans pour autant relever de l’autorité du gouvernement . Elles font partie d’établissements publics au même titre que les organismes divers d’administration centrale (ODAC).

Le terme d’AAI est utilisé par le législateur français de façon explicite depuis la création de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) en 1978, mais recouvre d’autres organisations plus ou moins similaires. Une loi organique du 20 janvier 2017 limite au nombre de 26 les AAI officiellement reconnues.

ARS | Agence Régionale de Santé

Une Agence Régionale de Santé est un établissement public administratif de l’État français chargé de la mise en œuvre de la politique de santé dans sa région. Créées le 1er avril 2010, les agences régionales de santé sont régies par le titre III du livre IV de la première partie du code de la santé publique.

Ces établissements, créés en vertu de la loi numéro 2009-879 du 21 juillet 2009 dite Hôpital, patients, santé et territoire (HPST), ont pour but d’assurer un pilotage unifié de la santé en région, de mieux répondre aux besoins de la population et d’accroître l’efficacité du système.

HAS | Haute Autorité de Santé

La Haute Autorité de santé est une autorité publique indépendante à caractère scientifique dotée de la personnalité morale créée par la loi française du 13 août 2004 relative à l’assurance maladie.

Sa vocation est scientifique. Sa gouvernance est notamment organisée autour d’un collège. Son statut juridique d’autorité publique indépendante (API), forme la plus aboutie en termes d’indépendance dont puisse disposer une autorité administrative indépendante (AAI), lui confère la personnalité juridique, distincte de celle de l’État. Sa mise en œuvre est effective depuis le 1er janvier 2005. Elle a son siège à Saint-Denis La Plaine.

ETP | Education Thérapeutique du Patient

L’éducation Thérapeutique du Patient appartient au champ des éducations en santé et fait partie intégrante du soin. Elle concerne avant tout les patients atteints de maladies chroniques. Selon l’OMS, l’éducation thérapeutique du patient vise à aider les patients à acquérir ou maintenir les compétences dont ils ont besoin pour gérer au mieux leur vie avec une maladie chronique.

C’est un ensemble d’actions proposées aux patients tout au long d’une maladie. Elles ont pour but d’aider les patients et leurs proches à mieux comprendre Ia maladie et ses traitements, de participer aux soins de façon plus active et de favoriser un retour à une vie normale.

Officiellement reconnue par la loi portant réforme de l’Hôpital du 21 juillet 2009, l’ETP s’inscrit dans le parcours de soins du patient selon le code de santé publique (art. L.1161-1 à L.1161-4) et ses modalités de mise en œuvre sont décrites dans l’article 84 de cette loi.

HPST | Hôpital, Patients, Santé et Territoire

La loi portant réforme de l’hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires, plus connue sous l’expression Hôpital, patients, santé et territoire, abrégée en HPST et dite aussi loi Bachelot, est une loi française promulguée le 21 juillet 2009. Elle a été préparée fin 2008 par la ministre de la Santé Roselyne Bachelot.

Cette loi reprend en partie les propositions contenues dans le rapport remis par Gérard Larcher en avril 2008. Elle a également pour objectif de réformer en profondeur la régulation de la démographie médicale.

L’objectif de cette nouvelle réforme hospitalière est encore de ramener les hôpitaux publics à l’équilibre budgétaire en 2012 alors qu’ils affichent un déficit cumulé de 800 millions d’euros chaque année, après l’échec de la réforme de 2002.

API | Autorité Publique Indépendante

Une autorité publique indépendante est une Autorité Administrative Indépendante (AAI) dotée de la personnalité morale lui accordant le droit d’ester en justice, de contracter, de disposer d’un budget propre, de déroger à l’obligation d’emploi de fonctionnaires et de recourir à du personnel de droit privé etc.

ODAC | Organismes Divers d’Administration Centrale

Les Organismes Divers d’Administration Centrale, ou opérateurs de l’État, sont une catégorie d’établissements publics, au sens de la comptabilité nationale, qui regroupe des organismes auxquels l’État a donné une compétence fonctionnelle spécialisée au niveau national.

Contrôlés et financés majoritairement par l’État, ces organismes ont une activité principalement non marchande. Les ODAC, au nombre d’environ 700, font partie des quelques 1244 agences publiques recensées en France en 2011 (en comptant les AAI), pour un budget cumulé de près de 65 milliards d’euros en 2011.

CRAMIF | Caisse Régionale d’Assurance Maladie d’Île-de-France

La Caisse Régionale d’Assurance Maladie d’Île-de-France a le même statut et la même organisation que les CARSAT.

Bien qu’elle ait conservé le nom de  caisse régionale d’assurance maladie, la CRAMIF s’occupe assez peu d’assurance maladie, une grande partie des activités liées à l’assurance maladie étant traitée par les CPAM : affiliation, gestion des droits, service des prestations d’assurance maladie (y compris celles liées aux maladies professionnelles).

La CRAMIF exerce ses missions au service des huit départements de la région Île-de-France, à savoir :

  • Paris (75)
  • Seine-et-Marne (77)
  • Yvelines (78)
  • Essonne (91)
  • Hauts-de-Seine (92)
  • Seine-Saint-Denis (93)
  • Val-de-Marne (94)
  • Val-d’Oise (95)

CARSAT | Caisse d’Assurance Retraite et de la Santé au Travail

Les caisses d’assurance retraite et de la santé au travail sont des organismes du régime général sécurité sociale de France métropolitaine ayant une compétence régionale.

Les Carsat ont succédé, au 1er juillet 2010, aux caisses régionales d’assurance maladie. Elles exercent leurs missions dans les domaines de l’assurance vieillesse et de l’assurance des risques professionnels (accidents du travail et maladies professionnelles).

L’Île-de-France constitue un cas particulier et n’a pas de Carsat puisque c’est la Caisse nationale d’assurance vieillesse (CNAV) qui y assure cette fonction.

CNAV | Caisse Nationale de l’Assurance Vieillesse

La Caisse nationale de l’assurance vieillesse des travailleurs salariés, plus couramment Caisse nationale de l’assurance vieillesse est un organisme français qui gère la retraite des salariés « classiques », c’est-à-dire hors secteur agricole et hors fonction publique, ce qui en 2011 correspond à 17,8 millions d’actifs et de 13,1 millions de retraités. C’est une des trois caisses de la Sécurité sociale en France créées par les ordonnances de 19672.

C’est un établissement public à caractère administratif.

CPAM | Caisse Primaire d’Assurance Maladie

Une Caisse Primaire d’Assurance Maladie est un organisme, lié à la santé et exerçant une mission de service public en France. Elle assure les relations de proximité avec les ayants droit de la Caisse nationale d’assurance maladie.

CDAPH | Commissions des Droits et de l’Autonomie des Personnes Handicapées

Organisme au sein de la maison départementale des personnes handicapées (MDPH) chargé de répondre aux demandes faites par les personnes handicapées ou leurs représentants (cas des enfants mineurs) concernant leurs droits.

Créée au même moment que la MDPH lors de la mise en œuvre de la loi 2005-102 du , la commission prend des décisions sur la base de l’évaluation et du plan personnalisé de compensation élaboré par cette dernière.

Elle résulte de la fusion des commissions techniques d’orientation et de reclassement professionnel (COTOREP) et des commissions départementales de l’éducation spéciale (CDES). Prévue à l’article L146-9 du code de l’action sociale et des familles, elle est régie par les articles L241-5 et suivants de ce code.

APA | Allocation Personnalisée d’Autonomie

En France, l’APA est une mesure sociale en faveur des personnes âgées et dépendantes :

  • Elle constitue un droit universel dont l’objet est la prise en charge des personnes âgées en perte d’autonomie.
  • Elle permet de bénéficier des aides et services nécessaires à l’accomplissement des actes essentiels de la vie.
  • C’est une aide personnalisée et répond aux besoins particuliers de chaque bénéficiaire.
  • Elle concerne aussi bien les personnes âgées résidant à domicile que les personnes âgées hébergées en établissement.
  • Cette mesure remplace la prestation spécifique dépendance (PSD) et permet ainsi à des personnes moins dépendantes d’en bénéficier GIR 4 à la place de GIR 3

Elle est entrée en vigueur en France au 1er janvier 2002 et a été instaurée par Paulette Guinchard-Kunstler, membre du gouvernement socialiste du premier ministre Lionel Jospin.

CMI | Carte Mobilité Inclusion

La Carte Mobilité Inclusion, avec ses trois mentions, succède en France à trois cartes précédentes par remplacement progressif à compter du .

  • la Carte Européenne de Stationnement
  • la Carte d’Invalidité
  • la Carte de Priorité

Il existe trois types de CMI différentes :

  • CMI stationnement
    Carte permet de stationner sur les places handicapés, mais aussi de stationner gratuitement sur toutes les places libres d’accès. La CMI n’est pas rattachée à un véhicule, mais à une personne titulaire, qui doit se trouver dans le véhicule (en tant que passager ou que conducteur) lorsqu’il se gare. Il s’agit d’une carte nationale, tandis que le dispositif précédent était valable dans toute l’Union Européenne.
  • CMI priorité
    Carte attribuée lorsque le taux de l’handicap reconnu est inférieur à 80%, et que la station debout est pénible. Elle donne priorité dans les files d’attente et pour les places assises dans les transports en commun.
  • CMI invalidité
    Carte attribuée lorsque le taux de l’handicap reconnu est de 80% ou plus. Elle peut comporter la mention besoin d’accompagnement, selon les cas.

TASS | Tribunaux des Affaires de Sécurité Sociale

En France, les tribunaux des affaires de sécurité sociale sont, de 1985 à 2018, des juridictions d’exception chargées de régler les litiges entre les particuliers et la Sécurité sociale. Ils assurent ce que l’on appelle le « contentieux général de la sécurité sociale ».

Ce type de juridiction est supprimé à partir du , remplacé par le « Pôle social » de tribunaux spécialement désignés par décret.

TCI | Tribunaux du Contentieux de l’Incapacité

Le tribunal du contentieux de l’incapacité est une ancienne juridiction siégeant auprès de chaque direction régionale de la Sécurité Sociale. Il est composé de magistrats, fonctionnaires, travailleurs salariés, employeurs ou travailleurs indépendants, de médecins.

Anciennement dénommés « commissions régionales », ils doivent leur appellation actuelle à l’article 80 de la loi n° 94-43 du 18 janvier 1994 relative à la santé publique et à la protection sociale.

La loi du 18 novembre 2016 de modernisation de la justice du 19e siècle supprime cette juridiction à partir du . Le contentieux est alors traité par les tribunaux de grande instance spécialement désignés, au sein de pôles sociaux.

CDAS | Commission Départementale d’Aide Sociale

La Commission centrale d’aide sociale est une juridiction d’appel en France, fondée en 1905 et supprimée en 2018, qui se prononçait sur les recours formés contre les décisions des commissions départementales (article L134-2 du code de l’action sociale et des familles). Elle se prononçait également, dans certains cas, en premier et dernier ressort (article L134-3). Ses décisions étaient susceptibles d’un recours en cassation devant le Conseil d’État.

La CCAS est compétente pour le contentieux du RMI mais non du RSA. La remplacement du RMI par le RSA en 2009 aura donc pour effet de réduire son activité, le contentieux du RMI représentant environ la moitié des affaires avant la réforme.

Cette juridiction avait compétence sur les litiges liés à la CMU complémentaire, l’aide médicale de l’État (AME), le RMI, les aides sociales versées aux personnes âgées et aux personnes handicapées.

La loi du  de modernisation de la justice du xxie siècle supprime cette juridiction au plus tard le . Le contentieux sera alors traité par les cours d’appel. Le fait que les organismes payeurs y siégeaient, les rendant à la fois juge et partie, ont fait que leur compositions ont été jugées contraires aux principes constitutionnels et de la CEDH.

La CCAS tient sa dernière audience le  à Paris alors qu’un millier de dossiers restent non jugés et que d’autres étaient encore attendus, les commissions départementales étant encore actives jusque fin 2018. Le contentieux relatifs aux dossiers traités par la CCAS doivent échoir au tribunal administratif, mais le fait que les plaignants doivent former un recours administratif préalable obligatoire pourrait dissuader les plus modestes, alors que cette juridiction est par ailleurs réputée peu sensibilisée au droit social.

RQTH | Reconnaissance de la Qualité de Travailleur Handicapé

La reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé est en France, un statut reconnu par la commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées. Elle apparaît sous forme d’une notification de décision et est valable pour une certaine durée avec la possibilité d’être renouvelée à l’échéance.

Cette reconnaissance permet aux personnes handicapées d’accéder à un ensemble de mesures favorisant son insertion professionnelle et le maintien dans l’emploi.

Cette reconnaissance concerne toutes les personnes âgées de 16 ans et plus dont les possibilités d’obtenir ou de conserver un emploi sont réduites du fait d’un handicap physique, sensoriel, mental ou psychique. Elle concerne aussi les personnes ayant une maladie chronique ou un problème de santé causant des répercussions au travail.

ANSM | Agence Nationale de la Sécurité du Médicament et des produits de santé

L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé est un établissement public français. Elle a pour mission principale d’évaluer les risques sanitaires présentés par les médicaments et produits de santé destinés à l’être humain. Elle est aussi l’autorité unique en matière de régulation des recherches biomédicales.

ASPA | Allocation de Solidarité aux Personnes Âgées

L’allocation de solidarité aux personnes âgées est une allocation française versée aux personnes âgées, anciens salariés ou non, ayant de faibles revenus. Elle remplace les multiples composantes du minimum vieillesse depuis le 1er janvier 2006. Le basculement du minimum vieillesse vers l’ASPA n’est pas automatique, c’est au bénéficiaire d’en faire la demande. Ce n’est pas vraiment une allocation au sens strict du terme, puisqu’elle comporte des contreparties.

Dans son rapport annuel de 2015, le service de l’allocation de solidarité aux personnes âgées, géré par la Caisse des dépôts et consignations, dénombrait 68 872 allocataires de l’ASPA au 31 décembre 2015 (contre 68 999 en 2014).

CMU | Couverture Maladie Universelle

La couverture maladie universelle est une prestation sociale française permettant l’accès au soin, le remboursement des soins, prestations et médicaments à toute personne résidant en France et qui n’est pas déjà couverte par un autre régime obligatoire d’assurance maladie.

Ce dispositif a remplacé la couverture « carte santé » qui était du ressort des départements et assurait jusqu’alors les mêmes prestations.

La CMU de base et la Couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C) ont été votées dans le cadre de la loi du 27 juillet 1999 sous le gouvernement de Lionel Jospin, à l’initiative de Martine Aubry qui reprit pour l’essentiel les conclusions d’un travail de recherche mené par ATD Quart Monde.

L’un des principaux rapporteurs de cette loi a été Jean-Claude Boulard, député du département de la Sarthe à l’époque. Cette loi est entrée en vigueur le 1er janvier 2000. La moyenne des effectifs sur les 12 mois de 2012 faisait état de 2,22 millions de personnes bénéficiant de la CMU de base et 4,42 millions bénéficiant de la CMU-C.

CNAF | Caisse Nationale d’Allocations Familiales

La Caisse nationale des allocations familiales forme la branche « famille » de la Sécurité sociale française, qu’elle gère au travers le réseau formé par les 102 caisses d’allocations familiales (CAF) réparties sur tout le territoire.

L’institution est au service d’un peu plus de 11 millions d’allocataires pour lesquels elle a versé en 2010, directement ou indirectement, plus de 73 milliards d’euros soit environ 50 milliards en faveur de la famille (Allocations familiales et aide au logement familiale) et 23 milliards en direction de la précarité (revenu de solidarité active et allocation adulte handicapé).

Depuis 2009, la déclaration de revenu faite à chaque CAF n’est plus nécessaire: en effet, les données fiscales de la Direction générale des Finances publiques (DGFP) sont désormais directement transmises, via un traitement automatisé de données à caractère personnel, à la CNAF (ainsi qu’à la CCMSA et à la CNIEG).

CNSA | Caisse Nationale de Solidarité pour l’Autonomie

En France, la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie est un établissement public national à caractère administratif.

Elle a été créée par la loi n° 2004-626 du 30 juin 2004 relative à la solidarité des personnes âgées et des personnes handicapées modifiée par la loi handicap du 11 février 2005. Ces lois sont codifiées dans le Chapitre X du code de l’action sociale et des familles. Les missions de la CNSA ont été étendues notamment par la loi relative à l’adaptation du vieillissement du 28 décembre 2015.

DGS | Direction Générale de la Santé

La direction générale de la Santé est une des directions générales du Ministère des Solidarités et de la Santé français.

Ses missions sont fixées par le code de la santé publique. Elle est chargée de préparer la politique de santé publique et de contribuer à sa mise en œuvre. Son action se poursuit à travers 4 grands objectifs :

  • préserver et améliorer l’état de santé des citoyens
  • protéger la population des menaces sanitaires
  • garantir la qualité, la sécurité et l’égalité dans l’accès au système de santé
  • mobiliser et coordonner les partenaires.

DMP | Dossier Médical Partagé

Le dossier médical partagé (avant 2015 : dossier médical personnel) est un projet public lancé en France par le ministère de la Santé visant à ce que chaque Français dispose d’un dossier médical informatisé reprenant toutes les données médicales du patient. Le projet est lancé par la loi no 2004-810 du 13 août 2004 relative à l’assurance maladie.

Le DMP a pour but de mettre à disposition des professionnels de santé, avec l’accord préalable du patient, des informations médicales (antécédents médicaux, résultats de laboratoire d’analyses, imagerie, traitements en cours) en provenance d’autres professionnels de santé (généralistes, spécialistes, personnel infirmier ou hospitalier) définissant un profil médical de chaque patient.

Le système est opérationnel depuis mi 2011. Au début de 2014, environ 400 000 dossiers ont été créés. Environ 500 millions d’euros ont été investis depuis 2004, essentiellement par l’assurance maladie. Pourtant, d’après un sondage publié en 2013, 83 % des Français sont favorables à son principe.

Il est officiellement disponible pour tous à partir du 6 novembre 2018 à la suite d’une annonce de la ministre de la santé, Agnès Buzyn (Ministre des Solidarités et de la Santé).

INVS | Institut National de Veille Sanitaire

L’Institut de veille sanitaire est une agence sanitaire française ayant existé entre 1998 et 2016, date à laquelle il est remplacé par l’agence nationale de santé publique.

C’est un établissement public français rattaché au ministère de la Santé. Il s’agit d’un dispositif reposant sur un ensemble de structure permettant la surveillance, l’information et la prévention en cas de risques sanitaires.

INSEE | Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques

L’Institut national de la statistique et des études économiques est chargé de la production, de l’analyse et de la publication des statistiques officielles en France : comptabilité nationale annuelle et trimestrielle, évaluation de la démographie nationale, du taux de chômage, etc. Il constitue une direction générale du ministère chargé des finances. Il dispose d’une indépendance de fait vis-à-vis du gouvernement, désormais garantie en droit par la loi.

Les fonctions principales sont de :

  • organiser et exploiter les recensements de la population et publier les différents chiffres de population en France ;
  • mener des enquêtes (périodiques ou ponctuelles) d’intérêt général auprès des entreprises ou des ménages ;
  • mesurer les principaux indicateurs économiques qui concernent la France (produit intérieur brut, chômage en France, taux d’emploi, taux de pauvreté, etc.) ;
  • produire et publier de nombreux indices, dont la qualité est très généralement reconnue. Parmi les indices des prix mesurés, l’indice des prix à la consommation constitue la mesure officielle de l’inflation (augmentation du niveau général des prix). D’autres indices sont des références obligatoires pour la conclusion ou la révision de certains contrats (par exemple, l’indice de référence des loyers ou l’indice des loyers commerciaux, ILC).

L’Insee gère également des répertoires :

  • la Base des répertoires des personnes physiques avec :
    • le répertoire national d’identification des personnes physiques (RNIPP) qui comprend notamment le numéro d’inscription au répertoire des personnes physiques (NIRPP ou NIR) appelé communément numéro de sécurité sociale ;
    • le fichier général des électeurs (FE) ;
  • le répertoire système national d’identification et du répertoire des entreprises et de leurs établissements (SIRENE) comprenant les identifiants système d’identification du répertoire des entreprises (SIREN) des entreprises et SIRET de leurs différents établissements.

L’Insee gère les codes qui servent à identifier certaines nomenclatures :

  • le code officiel géographique identifie les zones géographiques : communes, cantons, arrondissements, départements, régions, pays et territoires étrangers ;
  • le code APE (activité principale exercée) pour une entreprise ou un établissement, code figurant dans la nomenclature d’activités française ;
  • les Professions et catégories socio professionnelles (PCS).

L’Insee assure également la diffusion et l’analyse des informations statistiques. Il publie ainsi de nombreux documents, ouvrages ou périodiques, ainsi que quelques cédéroms. Toutefois, Il met à disposition gratuitement la quasi-totalité des statistiques sur son site internet. Pour faciliter l’accès à ces statistiques, l’Insee a instauré des « intermédiaires Insee » dans les différentes régions françaises.

MDPH | Maison Départementale des Personnes Handicapées

La maison départementale des personnes handicapées est en France un groupement d’intérêt public présent dans chaque département français qui fonctionne comme un guichet unique chargé de l’accueil et de l’accompagnement des personnes handicapées et de leurs proches. La MDPH a également pour objectif de sensibiliser les personnes sur les problèmes liés au handicap.

Dans chaque département, la MDPH prend en charge les démarches liées aux différentes situations de handicap et en effectue le suivi.

Au sein de chaque MDPH, la commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (CDAPH) prend les décisions concernant les aides et les prestations attribuables à la personne reconnue handicapée. Ces décisions étaient auparavant du ressort de la COTOREP (pour l’adulte) et de la CDES (pour l’enfant).

OMS | Organisation Mondiale de la Santé

L’Organisation mondiale de la santé est une institution spécialisée de l’Organisation des Nations unies pour la santé publique créée en 1948. Elle dépend directement du Conseil économique et social des Nations unies et son siège se situe à Genève en Suisse, sur la commune de Pregny-Chambésy.

Selon sa constitution, l’OMS a pour objectif d’amener tous les peuples du monde au niveau de santé le plus élevé possible, la santé étant définie dans ce même document comme un « état de complet bien-être physique, mental et social et ne consistant pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité ».

PCH | Prestation de Compensation du Handicap

La prestation de compensation du handicap est une aide financière versée par le département. Elle est destinée à rembourser les dépenses liées à votre perte d’autonomie. Son attribution dépend de votre degré d’autonomie, de votre âge, de vos ressources et de votre résidence.

SAVS | Service d’Accompagnement à la Vie Sociale

Un service d’accompagnement à la vie sociale désigne, en France, une structure ayant pour vocation de contribuer à la réalisation du projet de vie de personnes adultes handicapées par un accompagnement adapté favorisant le maintien ou la restauration de leurs liens familiaux, sociaux, scolaires, universitaires ou professionnels et facilitant leur accès à l’ensemble des services offerts par la collectivité.

Le cadre réglementaire est fixé par le décret n° 2005-223 du 11 mars 20051 relatif aux conditions d’organisation et de fonctionnement des services d’accompagnement à la vie sociale et des services d’accompagnement médico-social pour adultes handicapés, décret qui complète le code de l’action sociale et des familles.

RIC | Rhumatisme Inflammatoire Chronique

La Polyarthrite Rhumatoïde (PR) est une maladie inflammatoire qui touche plusieurs articulations.

Les Spondyloarthrites (Spa) sont des maladies chroniques inflammatoires de la zone d’attache des tendons et ligaments sur l’os, appelée enthèse. Elles touchent hommes et femmes de toutes tranches d’âge.  C’est une pathologie parfois difficile à diagnostiquer , pouvant prendre plusieurs années avant d’aboutir au diagnostic. Pathologie source de symptômes invisibles pour l’entourage et parfois sans signes objectifs pour le médecin ( imagerie normale et marqueurs biologiques normaux).

Le Rhumatisme Psoriasique est un peu à part, c’est une forme périphérique et inflammatoire à composante potentiellement destructrice . Le psoriasis cutané n’est pas toujours présent, compliquant la tache diagnostique.

L’arthrite juvénile idiopathique systémique (AJIS)  est le terme utilisé depuis 1997 pour parler du rhumatisme de l’enfant.
L’AJIS est une arthrite d’origine inconnue affectant au moins 1 articulation, débutant avant le 16° anniversaire et durant un minimum de 6 semaines.

EULAR | Ligue Européenne Contre le Rhumatisme

La Ligue européenne contre le rhumatisme est une organisation non gouvernementale européenne qui représente les personnes souffrant d’arthrite / rhumatisme, de professionnels de la santé et de sociétés scientifiques de rhumatologie de toutes les nations européennes.

EULAR

Load More


DICO

Algologie Adj. * algo, algésio : du grec algos, algêsis, douleur ; * -ie : du suffixe -ie qui transforme une racine ou un adjectif en un substantif.

Une algie est une douleur locale ou régionale, le plus souvent diffuse, sans relation bien définie avec une cause organique. Le terme « algie », du grec algos « douleur », se retrouve comme affixe (-algie, -algique, algé-.) pour désigner une augmentation (hyperalgique), une diminution (hypoalgésique, analgésique) ou d’autres aspects de la douleur.

L’algie faciale peut être due à un dysfonctionnement des vaisseaux sanguins qui irriguent la face et se traduit par une douleur vive, souvent en arrière de l’oeil, ainsi qu’une rougeur cutanée, un larmoiement, un écoulement nasal. Cette pathologie ne concerne généralement qu’une moitié du visage. Une autre forme d’algie faciale est d’origine nerveuse : c’est la névralgie du trijumeau. L’excitation d’une zone particulière appelée « zone gâchette » provoque des crises très douloureuses qui peuvent durer plusieurs minutes.

∑ sourcewww.dictionnaire-medical.net

L’antigène HLA-B27 (human leucocyte antigen B27) est un antigène de surface de classe I, codé par le locus B du complexe majeur d’histocompatibilité, sur le chromosome 6.

Sa fréquence dans la population générale varie de 8 % chez les caucasiens à 0,5 à 1 % chez les japonais. Sa présence est associée à un certain nombre de maladies auto-immunes, comme la spondylarthrite ankylosante, ce qui signifie qu’un individu porteur du HLA-B27 a significativement plus de risque de développer ces maladies qu’un autre individu.

C’est une dénomination, selon des considérations génétiques, d’une variante du gène situé sur le locus B du Chromosome 6 humain. Le gène en question permet aux cellules de produire les molécules du CMH qui joue un rôle clef dans les mécanismes de reconnaissance du système immunitaire.

L’allèle HLA-B27 de ce gène est fortement associé à certaines maladies immunitaires (par exemple les spondyloarthropathies). Les personnes qui ont un groupe tissulaire HLA-B27 + sont prédisposées à certaines maladies immunitaires dégénératives. Les articulations, le système digestif ainsi que les yeux peuvent être touchés.

Qu’est-ce qu’un antigène ?

Il existe, à la surface de chaque cellule, des molécules qui servent à les distinguer des autres. Ces marqueurs sont des antigènes. Lorsqu’ils sont mis en contact avec un autre organisme vivant, ce dernier va réagir en fabriquant des anticorps. Comme ces molécules ont été découvertes sur les globules blancs (leucocytes), les chercheurs les ont appelées «antigènes leucocytaires humains» et en anglais, «human leucocyte antigens» (HLA). Il en existe au moins 4 types, désignés par les lettres A, B, C et D. Chaque type comporte une série d’antigènes, identifiables par un chiffre.

Il faut insister sur le fait que les antigènes HLA sont des caractères normaux, comme la couleur des yeux ou des cheveux, et nullement un signe de maladie.

Le « B27 »

Il se fait que le numéro 27 du type B est étroitement associé à la SA. En effet, dans la population belge générale, 8% des gens en sont porteurs, tandis que dans la population des spondylarthritiques belges, cette proportion atteint les 92%. Toutefois, si 8% des Belges présentent le HLA-B27 et que seulement 0,2 à 0,5% des Belges ont la SA, on comprend qu’il y ait beaucoup plus de gens porteurs du HLA-B27 sans SA qu’avec SA.

Cela signifie deux choses :

  • En premier lieu, le HLA-B27 ne suffit pas à causer la maladie; d’autres facteurs génétiques et/ou des facteurs liés au milieu extérieur entrent très probablement en ligne de compte.
  • En second lieu, le HLA-B27 n’est pas en soi une preuve diagnostique. Ce n’est pas un bon moyen de dépistage. Si d’autres arguments orientent vers la SA, le HLA-B27 est superflu et représente une dépense inutile.

Lorsqu’il y a un doute, ce test peut renforcer la suspicion de diagnostic, sans fournir de preuve absolue.

L’hérédité

Si vous n’avez pas l’antigène HLA-B27 (ni vous, ni votre conjoint), le risque de transmission de la maladie est très faible. Si l’un des parents est porteur du B27, les enfants auront un risque sur deux d’hériter de l’antigène. Celui qui serait porteur de B27 aura un risque sur 5 d’attraper une forme de spondyloarthrite et environ un risque sur 10 que ce soit une SA caractérisée.

Rhumatologie, orthopédie N. f. * arthro : du grec arthron {arthr(o), arthrie}, articulation ; * ite : du grec -itis , suffixe désignant, en médecine, une maladie inflammatoire.

Étym. gr. arthron: articulation; ite: inflammation

Une arthrite peut être aigüe, subaigüe ou chronique, porter sur une articulation (mono-arthrite), un petit nombre d’articulations (oligo-arthrite) ou de nombreuses articulations (polyarthrite), être d’étiologie infectieuse, immunitaire ou métabolique. L’atteinte articulaire des arthrites est initialement synoviale, pouvant s’étendre ensuite aux autres structures de l’articulation (cartilage, fibrocartilages, os sous-chondral).

∑ sourcedictionnaire.academie-medecine.fr

Inflammation d’une articulation pouvant être associée à de fortes douleurs et à une rougeur et un gonflement de cette articulation. Elle peut être aiguë ou chronique et les causes sont multiples : polyarthrite rhumatoïde, spondylarthrite ankylosante, rhumatisme psoriasique.

Elle peut aussi être d’origine infectieuse, les germes pouvant provenir d’une injection (infiltration), d’une infection de voisinage, ou transportés par voie sanguine. Adj. et n. m. : arthritique : qui se rapporte à l’arthrite ou qui est atteint d’arthrite.

∑ source www.dictionnaire-medical.net

L’articulation sacro-iliaque est l’articulation du sacrum avec les deux os iliaques (il y a donc deux articulations sacro-iliaques, à droite et à gauche du sacrum).

Cette articulation est maintenue par une capsule et un réseau de trois ligaments très puissants. C’est une articulation amphi-diarthrose ou di-amphiarthrose car on considère deux types articulaires : une amphiarthrose (partie postérieure) et une diarthrose (partie antérieure ou surface auriculaire). Rail plein coté os iliaque, rail creux du côté du sacrum. . Il n’y a pas de muscles articulant ces os entre eux mais on y décrit les mouvements du sacrum dans le plan sagittal qui sont la nutation et la contre-nutation (respectivement qui rapprochent ou éloignent les ailes iliaques, bascule le plateau sacré en avant ou en arrière). Ces mouvements sont minimes dans la vie courante et sont particulièrement intéressants pour l’accouchement car ils modifient le volume du petit et du grand bassin permettant le passage du bébé dans le bassin puis l’expulsion.

Le sacrum de votre colonne est fixé à chaque os ilium du bassin. Ces articulations s’appellent les articulations sacro-iliaques ou « articulations SI ». De fortes bandes de tissu conjonctif appelées ligaments enveloppent et renforcent chaque articulation. Ces ligaments permettent des mouvements d’environ deux à quatre millimètres lors du port d’une charge et d’une flexion vers l’avant.

Lorsque ces ligaments s’abîment ou sont usés par l’âge, ils permettent un mouvement excessif de l’articulation. Ce mouvement excessif entraîne une inflammation et un désalignement de l’articulation, donnant le syndrome de l’articulation sacro-iliaque.

Les symptômes peuvent comprendre: une douleur dans le bas du dos, les fesses et les cuisses et une difficulté à s’asseoir. Il existe de nombreux traitements pour le syndrome de l’articulation sacro-iliaque. L’un d’eux consiste en un corset qui s’ajuste de façon serrée autour de la taille. Ce corset empêche un mouvement irrégulier des articulations. On peut également utiliser une physiothérapie pour manipuler et stabiliser les articulations. Dans des cas plus complexes, la chirurgie peut s’avérer nécessaire. Il existe plusieurs complications potentielles associées à cette intervention, dont il faut parler avec un médecin avant la chirurgie.

∑ source :  www.e-sante.frL’articulation sacro-iliaque expliquée en vidéo

La coxite est une arthrite de la hanche, quelle qu’en soit l’origine, ou une arthrose d’évolution aiguë.

La coxite est l’inflammation de l’articulation de la hanche ou articulation coxo-fémorale. Cette infection est très douloureuse et peut apparaître aussi bien chez le jeune enfant que chez le vieillard.

Le diagnostic de coxite rhumatismal est aisé dans le cadre d’une polyarthrite rhumatoïde ou d’une spondylarthrite ankylosante connue.

La douleur inflammatoire atteint l’aine, la fesse ou la cuisse. L’effort accentue la douleur qui peut se prolonger la nuit et altérer la qualité du sommeil. La marche est limitée ainsi que les activités physiques ou sociales. La présence d’une raideur de hanche accentue encore les répercussions de l’atteinte articulaire.

Le traitement de l’atteinte inflammatoire de la hanche est avant tout fondé sur la prescription d’anti-inflammatoires et de médicaments de fond de la polyarthrite. En cas d’aggravation de la symptomatologie, et si les médicaments ne parviennent plus à soulager les douleurs, l’implantation d’une prothèse est évoquée.

Le port d’orthèses plantaires permet de maintenir le bon alignement des membres inférieurs et d’améliorer la stabilité à la marche. Une élévation peut être nécessaire dans les cas d’inégalité des membres inférieurs afin de rééquilibrer le bassin et prévenir les problèmes aux hanches.

Dactylite est un terme employé pour désigner une inflammation globale d’un doigt telle qu’on peut l’observer dans certains rhumatismes inflammatoires et tout particulièrement dans le rhumatisme psoriasique.

La dactylite est un symptôme classique des spondylarthropathies, mais il est peu étudié. Des travaux antérieurs ont montré que la dactylite est plus fréquente dans les formes périphériques ou dans le rhumatisme psoriasique. Elle peut aussi être un symptôme isolé avant toute autre manifestation de spondylarthrite. L’objectif de l’étude est d’évaluer la prévalence de la dactylite dans une cohorte de patients atteints de spondylathrite et en décrire les caractéristiques cliniques.

La dactylite est un symptôme fréquent de la spondylarthrite, touchant le plus souvent les pieds et le 3ème rayon. Elle est souvent associée à une atteinte de type périphérique ou enthésopathique et répond particulièrement bien aux biothérapies.

∑ source www.rhumatologie.asso.fr

Une enthèse (en latin enthesis) est l’endroit où les formations collagéniques (tendons, ligaments ou aponévroses musculaires), rentrent dans l’os.

C’est une zone de transition qui passe du muscle au tendon puis au cartilage et enfin dans l’os lui-même. Les fibres collagéniques constitutives d’une enthèse se minéralisent, à leur arrivée dans le tissu osseux, donnant l’aspect de fibres de Sharpey.

Une enthèse est le terme médical désignant les insertions osseuses de certaines structures comme :

  • Les tendons,
  • Les capsules articulaires,
  • Les ligaments.

Les enthèses sont spécialement altérées par certains rhumatismes comme les spondylarthropathies. Parmi les enthèses altérées par les spondylarthropathies, signalons par exemple les coins vertébraux et les plateaux vertébraux où s’attachent les fibres périphériques de l’annulus fibrosus. Des types particuliers d’enthèses se trouvent au niveau des articulations costovertébrales qui sont riches en fibrocartilage et peuvent être également le siège de spondylarthropathies.

Une enthésopathie, est une pathologie des enthèses, représentée par une inflammation à leur niveau, et se voit essentiellement lors d’une atteinte des articulations vertébrales. Il peut également apparaître des douleurs du talon (talalgie).

Il y a deux types d’enthèses : 

  • dans l’enthèse fibreuse : le tendon ou le ligament de collagéniques s’attache directement à l’os
  • dans l’enthèse fibrocartilagineuse : on discerne quatre zones assurant la transition du tendon/ligament/aponévrose jusqu’à l’os

Les traitements de l’enthèse sont :

  • L’utilisation d’anti-inflammatoires (si possible sans effectuer d’infiltration localement).
  • La mésothérapie apporte un certain soulagement.

∑ source www.vulgaris-medical.com

L’épicondylite est une inflammation de certains tendons du coude, responsable d’une douleur du coude.

Cette affection apparaît suite à des gestes du bras et de la main, répétés et/ou intensifs. Elle fait partie des troubles musculo-squelettiques du membre supérieur. Les premières personnes touchées sont les professionnels effectuant des tâches répétitives, les personnes bricolant souvent et les joueurs de tennis.

L’épicondylite entraîne une douleur du coude touchant la zone de l’épicondyle, petit relief osseux situé au-dessus de l’articulation du coude (sur la face externe du bras). Cette affection fait partie de ce que l’on appelle les troubles musculo-squelettiques du membre supérieur.

L’épicondylite est liée à une atteinte des tendons qui fixent les muscles de l’avant-bras sur l’épicondyle. La douleur ressentie peut avoir différentes origines (micro-déchirures des tendons, petites lésions au niveau de leur insertion sur l’os, etc.). Elle survient après une sollicitation du bras importante et/ou répétée.

Quels sont les symptômes de l’épicondylite ?

L’épicondylite peut survenir brutalement ou progressivement. Parfois, l’épicondyle commence par devenir plus sensible au toucher, avant l’apparition de la douleur proprement dite.

La douleur du coude apparaît suite à des mouvements répétés et/ou intensifs de la main et du bras. Elle se situe au niveau de l’épicondyle et peut diffuser à la face externe de l’avant bras.

La personne touchée peut souffrir :

  • en répétant le geste qui a provoqué l’épicondylite
  • en dépliant le bras
  • en saisissant des objets bras tendu
  • en effectuant un mouvement de rotation, par exemple pour ouvrir une porte.

Les traitements

Le traitement le plus approprié concernant l’épicondylite est le repos. Les anti-inflammatoires ne sont pas très efficaces, puisque la douleur revient en général après l’arrêt du traitement. La kinésithérapie est efficace si l’on met en même temps le coude au repos, donc arrêt du sport, et autres mouvements répétitifs de ce dernier.

Dans certains cas, l’infiltration est bénéfique, à condition de ne pas reprendre l’activité trop tôt. L’ostéopathie peut également être un moyen de vous soulager car parfois le problème ne vient pas forcement de votre coude .

∑ lire la brochure – en téléchargement gratuit – de l’Observatoire de la Médecine Générale

La fessalgie ou la sacroiliite se traduit par l’apparition de douleurs de la fesse d’horaire le plus souvent inflammatoire. La douleur fessière est soit unilatérale, soit bilatérale, soit à bascule.

Cette fessalgie encore appelée sciatalgie tronquée est une douleur en pleine fesse irradiant parfois en dessous du pli fessier. Elle n’a aucun caractère neurogène (absence de dysesthésies, absence de paroxysme douloureux) ni trajet radiculaire (pas d’irradiation complète au membre inférieur), ni de signe neurologique objectif associé. Cette fessalgie peut être déclenché par les manœuvres de cisaillement des sacro-iliaques.

La fibromyalgie ou syndrome fibromyalgique, est un syndrome associant des douleurs musculaires et articulaires diffuses, une fatigue, des troubles du sommeil, des troubles cognitifs mineurs et des troubles de l’humeur d’intensité variable et d’évolution chronique.

Le diagnostic est établi d’après l’examen clinique, habituellement normal en dehors d’une sensibilité à la pression des tissus mous, et d’analyses biologiques simples, l’ensemble permettant d’écarter d’autres diagnostics.

Ce syndrome, fréquent, potentiellement invalidant, touche le plus souvent les femmes d’âge moyen. La cause est inconnue, et une anomalie de fonctionnement du système nerveux central est supposée. Il y aurait une sensibilisation excessive des récepteurs impliqués dans la perception de la douleur. Le traitement, uniquement symptomatique, repose habituellement sur l’association de médicaments et de mesures non médicamenteuses.


∑ à voir www.fibromyalgie-france.org

Une infiltration en médecine est l’injection d’une substance liquide dans une région précise du corps humain, hors vaisseaux sanguins.

Elles sont notamment utilisées en rhumatologie par l’injection de corticoïdes dans une articulation, ou en anesthésie par injection d’un produit anesthésique à proximité d’une structure nerveuse (nerf ou ganglion), qui, par diffusion, va provoquer le blocage de l’influx nerveux sensitif.

Qu’est-ce qu’une infiltration guidée ou sous scopie ?

La plupart des infiltrations peuvent êtres faites par votre médecin en consultation. Mais dans certains cas, il est souhaitable d’injecter le produit avec une grande précision au niveau de la cible. Dans ce cas, l’infiltration est réalisée dans une salle de radiologie avec un contrôle radioscopique : le trajet de l’aiguille est repéré à la radiographie. L’injection d’une petite quantité de produit de contraste, avant l’infiltration elle-même, confirme que la pointe de l’aiguille est bien placée. L’infiltration d’une petite articulation (comme les articulations postérieures du dos) ou l’infiltration proche de structures nobles (nerfs, vaisseaux, etc.) méritent également d’être réalisées sous contrôle radioscopique.

En quoi ce traitement consiste-t-il ?

Il s’agit d’injecter le médicament directement à l’endroit où l’on souhaite qu’il agisse. Le principe est séduisant mais vous devinez tout de suite l’un de ses inconvénients : le médecin pique souvent, par définition, à l’endroit où ça fait mal !

Ce n’est pas toujours vrai, en particulier quand le problème à traiter se situe à l’intérieur d’une cavité (articulation, bourse de glissement, canal vertébral…). Du moment que la pointe de l’aiguille est dans cette cavité, le produit se répartira correctement à l’intérieur, et le médecin peut choisir alors l’abord qui lui paraît le plus facile.

Le médicament habituellement infiltré est un dérivé de la cortisone.

La cortisone a de nombreux avantages, c’est une hormone naturelle, dotée d’excellentes propriétés anti-inflammatoires. Sa non-toxicité permet d’augmenter la dose et de majorer son action selon les besoins. Tandis que les anti-inflammatoires courants (dits « non-stéroïdiens » par opposition aux « stéroïdes » qui sont les dérivés de la cortisone) deviennent rapidement dangereux si on dépasse la dose maximale, avec un effet sur l’inflammation qui sature.

La cortisone ayant un effet anti-allergique, ses dérivés inhibent l’éventuel effet allergisant que pourraient avoir, soit eux-mêmes soit un produit associé dans l’injection. Il n’y a pas d’accidents digestifs avec la cortisone. Elle est autorisée pendant la grossesse.

Quelles précautions prendre ?

Dans les heures qui suivent l’infiltration, il arrive parfois que la douleur soit majorée ; aussi, ne forcez pas sur votre articulation. Ces troubles disparaissent spontanément au bout de quelques heures et ne contre-indiquent en aucun cas de nouvelles infiltrations.

A l’inverse, une douleur qui se manifeste 48 heures après l’infiltration, doit vous amener à consulter immédiatement votre médecin pour éliminer une possible infection. Même si ce risque est très faible (1 cas sur 50 000 infiltrations), il faut être particulièrement vigilant.

Il est inutile de prévoir un régime : la cortisone administrée par voie locale dans une articulation a un passage dans le sang beaucoup trop faible pour entraîner une prise de poids. En revanche, si vous êtes diabétique, cela peut entraîner un déséquilibre passager.

Il est recommandé de ne pas faire pratiquer plus de trois infiltrations par an et par articulation car, si les trois premières n’ont pas eu un effet suffisant, il est peu probable que la quatrième se montre plus efficace.

Ensemble de manifestations cliniques : douleur, rougeur, chaleur, gonflement avec perturbations des fonctions vasculaires, cellulaires et humorales se produisant dans l’organisme en réponse à des agressions variées (microbiennes, traumatiques, physiques, chimiques, immunitaires, tumorales…).

Étym. lat. flamma : flamme

L’inflammation entre avec la douleur, l’hémostase et l’immunité dans le cadre des processus réactionnels indispensables au maintien de l’intégrité du soi.

Histologiquement, dans les formes aiguës, il y a successivement des modifications vasculaires locales (vasodilatation avec ralentissement circulatoire, augmentation de la perméabilité et œdème), puis un afflux de leucocytes circulants, d’abord des granulocytes, puis des monocytes avec margination, adhérence aux cellules endothéliales, diapédèse, phagocytose des substances étrangères et des débris cellulaires et tissulaires et éventuellement formation de pus.

L’évolution de la réaction inflammatoire est variable. En cas d’inflammation aiguë, après élimination de l’agent causal, les phagocytes mononucléés (monocytes, macrophage, histiocytes, etc.) assurent le nettoyage du foyer inflammatoire et on assiste soit à une «restitution ad integrum» sans séquelles, soit au remplacement des tissus détruits par une fibrose cicatricielle sans restitution fonctionnelle. Dans d’autres cas, en l’absence d’élimination de la cause ou en raison de la déficience de certains mécanismes de défense de l’organisme, l’inflammation devient chronique se caractérisant par la formation d’un infiltrat inflammatoire généralement mixte (granulocytes, histiocytes-macrophages, lymphocytes, voire cellules géantes et épithélioïdes) avec des phénomènes de néo-angiogenèse et surtout des processus de remaniement tissulaire (associant phénomènes de destruction et de reconstruction) avec en particulier une importante prolifération fibroblastique.

La réaction inflammatoire fait intervenir un grand nombre de types cellulaires (phagocytes mononucléés et polynucléaires, lymphocytes, plaquettes, mais aussi cellules propres des tissus, cellules endothéliales, etc.) et de médiateurs humoraux (complément, système contact, protéine de l’hémostase), qui sont autant de cibles des thérapeutiques. Enfin, la plupart des réactions inflammatoires induisent une réponse systémique comportant une augmentation des teneurs plasmatiques en protéines dites de la phase aigüe (telles que la protéine C réactive, la protéine sérique amyloïde A, plusieurs α-1-globulines, certains composants du complément, le fibrinogène, l’haptoglobine et une diminution des concentrations d’autres protéines telles que l’albumine, la transferrine, la fibronectine, l’apoprotéine A-1.

∑ source dictionnaire.academie-medecine.fr

La maladie de Crohn est une des maladies inflammatoires chroniques intestinales (MICI) qui peut atteindre tout le tube digestif de la bouche à l’anus, et éventuellement la peau, les articulations et les yeux.

De cause inconnue, cette maladie est caractérisée par une inflammation le plus souvent retrouvée au niveau de l’iléon et du côlon, qui serait d’origine multifactorielle, faisant intervenir entre autres une composante génétique et le microbiome.

Il s’agit d’une maladie chronique évoluant typiquement par poussées espacées par des phases dites de rémission, asymptomatiques. Les signes digestifs sont le plus souvent à type de diarrhée, de douleur abdominale ou de lésion proctologique. Le diagnostic nécessite une fibroscopie œsogastrique et une coloscopie avec réalisation de biopsies. Le traitement est surtout médical avec l’utilisation de dérivé aminosalicylé au cours des poussées et d’immunosuppresseur en entretien. Une intervention chirurgicale est parfois justifiée. L’arrêt d’un éventuel tabagisme est conseillé.

Le psoriasis (du grec ψωρίασις « éruption galeuse », psore ayant aussi autrefois désigné la gale en France) est une maladie inflammatoire de la peau d’origine inconnue et non contagieuse.  Cette affection dermatologique touche 1 à 3 % de la population mondiale.

Dans sa forme bénigne et typique, le psoriasis se caractérise par des lésions rouges et squameuses du cuir chevelu, des genoux et des coudes, associée à une atteinte des ongles. Dans les cas graves, l’atteinte cutanée peut être généralisée (érythrodermie) et il peut exister des atteintes des articulations. Cette dermatose évolue de façon chronique avec des poussées entrecoupées de périodes de rémissions de durée variable au cours desquelles les lésions sont minimes.

Aucun traitement permettant la guérison n’est connu ; le traitement proposé permet uniquement de contrôler l’évolution de la maladie, en permettant la régression transitoire plus ou moins complète des lésions. Le traitement est adapté en fonction de la gravité et du retentissement sur la qualité de vie des patients.

Le sacrum est un os unique de forme grossièrement triangulaire, qui réunit d’un seul tenant les cinq vertèbres sacrées au niveau du bassin.

Il est situé verticalement dans le prolongement de la cinquième et dernière vertèbre lombaire en haut et celui du coccyx en bas. Latéralement, il est enclavé entre les deux os iliaques pour constituer le bassin osseux. Sa base supérieure est appelée le promontoire sacré, celle inférieure étant nommée l’apex. En son centre passe le canal sacral qui contient les dernières racines nerveuses : on parle de la queue de cheval.

Fonction du sacrum

Vue sa position anatomique en regard des organes sexuels, le sacrum subit un dimorphisme sexuel. Chez la femme, le sacrum est plus court mais plus large que chez l’homme.

dimorphisme : présence de deux formes distinctes pour une même espèce, généralement interprétées comme étant le mâle de la femelle

Face antérieure

Aussi appelé pelvienne, elle est concave et regarde vers le bas. Sur cette face, on note la fusion des corps vertébraux, fusion visible au niveau des lignes transverses. Les processus costiformes sont volumineux, on remarque aussi la fusion des zygapophyses. Le ligament jaune va aussi participer à la fusion, tout en laissant huit orifices qui sont les foramens sacrés ventraux ou trous sacrés antérieurs.

Face postérieure

Elle est sous-cutanée et divisée dans la longueur par la crête sacrée. Cette crête est formée par la réunion des processus épineux des vertèbres sacrées, et qui aboutit en bas, à une échancrure : le foramen sacré.

Canal sacral

Le canal sacral est un prisme triangulaire allant en se rétrécissant vers le bas, et qui suit la courbure à concavité antéro-inférieure du sacrum. Il donne naissance latéralement à quatre foramens intervertébraux, qui bifurquent vite pour s’ouvrir sur les faces antérieure et postérieure par les foramens sacraux.

Étymologiquement, la sciatalgie désigne l’ensemble des symptômes douloureux relativement à l’irritation du nerf sciatique.

La raison de la douleur est essentiellement la compression au niveau de sa racine, notamment celle en regard des vertèbres lombaires.

La sciatalgie est une douleur touchant le nerf sciatique, du bas du dos jusqu’aux jambes. Elle n’est pas un trouble en-soi, mais plutôt le symptôme d’un problème avec votre nerf tel qu’une hernie discale.

C’est selon la douleur aiguë causée par ce malaise qu’on peut cerner le degré du problème en lui-même. Étymologiquement, la sciatalgie désigne l’ensemble des symptômes douloureux relativement à l’irritation du nerf sciatique.

La raison de la douleur est essentiellement la compression au niveau de sa racine, notamment celle en regard des vertèbres lombaires (compression par une hernie discale). Cette situation peut aussi avoir lieu sur le trajet du nerf sciatique (cas des hématomes du muscle psoas).

Le syndrome de Gougerot-Sjögren, ou syndrome de Sjögren (syndrome sec), est une maladie auto-immune systémique caractérisée par une atteinte des glandes exocrines, en particulier des glandes lacrymales et salivaires.

Il peut être primitif (c’est-à-dire isolé), ou secondaire (50/50) et associé à une autre maladie auto-immune : lupus érythémateux disséminé, polyarthrite rhumatoïde…

Le syndrome de Gougerot-Sjögren est une maladie rare touchant un peu moins d’un adulte sur 10 000. Les femmes sont 10 fois plus touchées que les hommes. Il survient le plus souvent vers 50 ans mais peut survenir plus tôt vers 20 et 30 ans.

Sa découverte date de 1933, par le Dr Henrik Sjögren, un ophtalmologiste suédois.

Le défilé cervico-brachial est en quelque sorte un tunnel allant du cou vers les bras (artères, veines, lymphatiques).

Symptômes

Les muscles scalènes antérieurs et scalènes moyens, la première côte et la clavicule forment les parois de ce défilé. Une côte surnuméraire, appelée aussi côte cervicale, ou un cal osseux (secondaire à une fracture de la clavicule, entraînent parfois le rétrécissement de ce passage.

Un cal osseux est une formation osseuse qui soude les deux parties d’un os fracturé. Il peut exister un cal vicieux qui fixe les deux parties de la fracture dans une mauvaise position. Une insuffisance musculaire au niveau des épaules entraîne, par affaissement de celles-ci, un rétrécissement de ce défilé cervico-brachial, susceptible de comprimer les éléments qui y transitent.

Quand l’ensemble des nerfs constituant ce que l’on appelle le plexus, et traversant ce défilé pour aller se rendre dans le bras, puis dans la main, est comprimé, cela entraîne une douleur. Cet écrasement provoque également une fatigue lors de certains travaux nécessitant l’utilisation fréquente et répétée du bras.

Le patient ressent alors des fourmillements ou des décharges électriques dans le bras, du côté de la compression.

La restriction peut également s’exercer sur une veine, de la même façon qu’elle appuie sur un nerf. Cela aboutit alors à la formation d’œdème, pouvant disparaître et réapparaître. Il s’agit de l’infiltration du tissu sous-cutané, qui se traduit par un gonflement localisé ou diffus.

Traitement

Le traitement associe une vasodilatation (ouverture du calibre des vaisseaux) et une fluidification du sang en utilisant des anticoagulants. Il consiste également à intervenir chirurgicalement pour supprimer les éléments qui entraînent la compression des vaisseaux sanguins. Il est associé à une rééducation kinésithérapique.

Evolution de la maladie

Le problème qui se pose alors, est celui de la surveillance d’une éventuelle phlébite pouvant survenir à la suite de la compression de cette veine.

Dans les cas les plus graves, la diminution de la vascularisation, c’est-à-dire du passage du sang, est tellement importante, qu’il peut survenir une occlusion, c’est-à-dire un arrêt total du passage du sang, et s’établir une stase entraînant un refroidissement brutal de tout le bras.

∑ source www.vulgaris-medical.com

Partie distale d’un muscle, dense, résistante et blanc nacré, par laquelle le muscle prend insertion.

Étym. lat. tendo: tendon

Le tendon transmet la force et le mouvement engendrés par le muscle. Il est formé de fibres dont la direction peut être parallèle ou oblique par rapport à celle des fibres musculaires et par rapport à la direction générale du muscle et de sa ligne d’action; cette disposition permet de distinguer différents types de muscles: muscles à fibres parallèles, muscles penniformes, semi-penniformes et pseudo-penniformes. Selon sa conformation propre, le tendon peut être court, plat, long ou cylindrique. Certains tendons appartenant à des muscles puissants ont une disposition hélicoïdale plus ou moins prononcée qui leur assure une certaine élasticité et permet une meilleure transmission des effets de la contraction musculaire. Un tendon long peut se réfléchir au cours de son trajet sur un point de réflexion dont la mobilité relative assure la même élasticité à la transmission du mouvement.

Formation conjonctive différenciée, le tendon a la même origine mésoblastique que la fibre musculaire. Il peut être simple, constitué d’un seul faisceau, ou composé, comprenant plusieurs faisceaux primitifs juxtaposés en faisceaux secondaires et tertiaires (type de tendon que l’on trouve chez l’homme). Le tendon est compris dans une gaine tendineuse dont il est séparé par une nappe de tissu conjonctif assez dense, le péritendinéum externe. De la face profonde de sa gaine émergent des cloisons de tissu conjonctif qui s’insinuent entre les faisceaux tendineux, le péritendinéum interne ou endotendon.

Le tendon est le siège d’une vascularisation et d’une innervation trophiques, ainsi que le point de départ d’une sensibilité proprioceptive consciente et inconsciente dont on retrouve les récepteurs dans le tendon sous forme de terminaisons libres ou de corpuscules de Ruffini et de corpuscules lamelleux (corpuscules de Pacini – corpuscules de Vater-Pacini). Cette innervation confère aux tendons un rôle important dans l’équilibre statique et dynamique du corps.

∑ sourcedictionnaire.academie-medecine.fr

Les uvéites sont des inflammations des structures internes de l’œil, qui se manifestent par une baisse de la vision, et souvent par une rougeur et des douleurs oculaires.
L’uvéite correspond à une inflammation d’une partie ou de la totalité de l’uvée. Elle peut ainsi provoquer une rougeur au niveau de l’œil. L’uvée, qui se situe dans la couche moyenne, c’est à dire au centre de l’œil, est composée de l’iris, de la choroïde, une membrane qui irrigue la rétine, et du corps ciliaire. L’iris correspond à la partie colorée de l’œil entourant la pupille, qui contrôle la quantité de lumière qui entre dans l’œil et qui atteint la rétine. Le corps ciliaire est un ensemble de muscles qui permet à l’œil de rendre une image nette : on parle d’accommodation.

L’uvéite peut être aiguë ou chronique et peut toucher un œil ou les deux.

L’uvéite peut être une iritis, également appelée uvéite antérieure. Dans ce cas, l’inflammation concerne l’iris. L’iritis est l’uvéite la plus fréquente. Il existe aussi des cyclites qui correspondent à une inflammation du corps ciliaire. Lorsque l’inflammation atteint l’iris et le corps ciliaire, on parle alors d’iridocyclite. L’uvéite postérieure, ou la choroïdite, touche elle la choroïde dans le fond de l’œil. Quand la totalité de l’urée est concernée, on parle plutôt d’une panuvéite.

Les conséquences de l’uvéite peuvent être graves puisque l’inflammation peut altérer la vision et même provoquer une perte permanente et définitive de la vue. Afin d’éviter ces complications, il est important de diagnostiquer au plus vite une uvéite et de la soigner dans les meilleurs délais.

Cause

Les uvéites peuvent être d’origine infectieuse. Elles peuvent également être liées à une blessure ou à une maladie auto-immune comme la sarcoïdose, une maladie inflammatoire généralement sans gravité, à l’arthrite psoriasique ou à la spondylarthrite ankylosante. Certains lymphomes (= cancers du tissu lymphatique) peuvent aussi être associés à une uvéite. Toutefois, la cause de l’uvéite reste fréquemment inconnue.

Load More


MDPH

Diagnostiqué spa en ald en novembre, fibromyalgie peut-être, anti tnf débuté en décembre. Quelles sont les conditions pour se faire reconnaître travailleur handicapé, avoir une carte de passage en priorité et de stationnement ? Quelles sont les autres aides dont on peut bénéficier ?

Vous devez déposer un dossier à la MDPH de votre département en indiquant dessus besoin de RQTH, AAH, Carte de priorité et de stationnement. Et surtout bien remplir votre projet de vie, le médecin de la MDPH se sert énormément de ce projet de vie afin d’attribuer les besoins.

J'ai fait une demande auprès de la MDPH de Marseille pour avoir une aide à domicile car je n'arrive plus à faire mes taches quotidiennes ne serait-ce que mes repas car je n'ai plus aucune forces dans les mains dû à mes douleurs je suis incapable d'ouvrir un bocal encore moins rester debout plus de 5 mn , cette m'a été refusé j'ai donc fait appel et tout m'a été refusé en bloc par le tribunal je précise que je me déplace avec une canne mais apparemment je ne suis pas assez handicapée pour eux, que puis je faire car mon quotidien est un enfer.
 Il faut vous adresser à votre mairie au service sociale afin d’avoir une aide à domicile (auxiliaire de vie), c’est le service qui monte le dossier avec vous.

Load More


RHUMATO

Bonjour, on m’a détecté une spondylarthrite depuis 2012. J’ai des douleurs essentiellement aux sacro-iliaques, pieds poignet. Depuis un an, j’ai une douleur au niveau du coccyx, m’assoir est devenu un enfer. Mon rhumatologue est perplexe quand à l’idée qu'il y a un rapport avec la spondylarthrite. Avez-vous déjà eu des patients avec le même problème ?
Avis médical (aucune réponse)
Je suis sous ENBREL en stylo 1 injection/semaine et donc 4/mois. S'il me va bien par contre, je perds mon immunité. Est-ce qu'il serait bon de changer contre un nouveau traitement qui ne bloque pas les TNF par exemple si je changeais pour le Sécukinumab (COSENTYX) ou L'Ustekinumab (STELARA)?

Que serait mieux pour moi pour un traitement qui ne me fasse plus perdre mon immunité. Merci d'avance pour votre réponse qui m'aidera pour le long terme.

Tous ces médicaments sont des immunosuppresseurs. L’immunité est donc modifiée avec tous. C’est à votre rhumatologue de voir quel est le meilleur médicament en termes de rapport bénéfice (c’est à dire l’efficacité)/risque (c’est à dire les effets secondaires possibles) pour vous.  | réponse de Jérémy SELLAM

Aucune preuve de l’efficacité de cette technique sur la SPA et dans les maladies articulaires en général. Donc c’est selon le niveau de croyance du patient mais sans preuves scientifiques.

Cette technique de soin consiste en l’injection d’une solution saline physiologique par voie sous cutanée ou intradermique

Oui, on peut observer des signes d’œdèmes au niveau des vertèbres et des articulations sacro-iliaques en IRM. Cela étant, on peut avoir des douleurs sans ces signes d’œdèmes IRM, et ne pas avoir de douleurs en présence de ces signes œdémateux.

De plus, l’œdème des vertèbres ne signe pas obligatoirement la spondylarthrite. D’autres maladies peuvent être responsables d’œdèmes IRM des vertèbres (exemple : arthrose). Ce n’est que l’analyse fine du radiologue qui permettra de conclure que les signes d’œdèmes sont en rapport avec la spondylarthrite.

Douleurs atroces depuis dix ans des cervicales au sacré talon gauche genoux sous morphine 34 ans, ni HLA ni CRP ni sacro iléite. Certains rhumatologues mettent antiTNF et s'accordent à dire que spondylarthrite sans signe IRM pourquoi vous n'avez pas tous la même ligne de conduite. Beaucoup se font cataloguer fibromyalgie et ont les signes au bout de vingt ans. Merci au réseau sociaux qui montrent les différences de prise en charge d'empathie.
Le diagnostic de spondylarthrite n’est pas toujours évident et certains symptômes peuvent être très proches de la fibromyalgie. Il est parfois très difficile de faire la différence entre les deux maladies, ce d’autant plus lorsque l’IRM ne met pas en évidence d’anomalies de spondylarthrite.

Parfois avec le temps des signes plus évidents de spondylarthrite apparaissent, rendant alors le diagnostic plus aisé. C’est la difficulté de ces maladies, dont le diagnostic est posé sur un ensemble d’arguments (cliniques, biologiques et radiologiques), et non pas sur un simple test sanguin.

D'après différentes publications, l'inflammation de l'intestin dite microscopique est un élément très important dans la SPA et pourrait même en être à l'origine. A ce propos, le chercheur Antoine Chioccia dit que si l'on retire l'intestin à une souris SPA, elle n’a plus la pathologie… D'après mes lectures, ce serait la porosité de l'intestine en cause…Si les congressistes valident cette hypothèse, comment restaurer la perméabilité de l'intestin ?

De plus, quels sont les nouveaux "traitements" prometteurs ? et chaque année apporte son expérience dans les antiTNF, quels sont les effets secondaires à craindre?

Le rôle de la flore intestinale (c’est-à-dire les nombreuses bactéries du tube digestif) est à l’étude dans la spondylarthrite et de nombreuses découvertes seront faites les prochaines années sur les liens entre intestin et rhumatisme. Cependant, nous n’en sommes pas à manipuler cette flore pour traiter la spondylarthrite.

Les anti-TNF sont maintenant utilisés depuis de nombreuses années dans les rhumatismes inflammatoires. Le risque d’infection sous antiTNF est connu : il faut donc être attentif aux problèmes de fièvre, bronchite, infection urinaire etc. et consulter en cas de signes évocateurs, sans prendre l’anti-TNF tant que l’infection n’est pas résolue.

Pensez-vous qu’un jour le gouvernement pourrait ne plus rembourser la biothérapie et quelles seraient les conséquences pour les patients qui ont de traitement depuis années ?

Cela n’est pas prévu, ce d’autant plus que ces médicaments sont utilisés dans les formes rebelles de rhumatismes inflammatoires.

Load More

FAQ | accédez au formulaire pour poser votre question

Le dimanche 24 novembre 2019, Spondyl(O)action organise sa quatrième Zumb(A)ction de 14h00 à 16h00 dans la salle Chanteloup d’Aulnay sous bois.
L’entrée est ouverte à tous avec une participation de 10,00 €, pour vous inscrire cliquez ici.

 Cette participation permettra de soutenir les familles des patients, leur apporter les conseils de spécialistes et de développer des actions sociales pour une meilleure connaissance de la Spondyloarthrite | en savoir + et pour vous inscrire

Haut